Loading...
Maladies

Syndrome canal carpien

Syndrome du canal carpien : une étude de Microsoft confirme le risque lié à l’utilisation du clavier et de la souris pour vos poignets

 

En Belgique, le syndrome du canal carpien occupe la deuxième marche du podium des causes de demandes au Fond des Maladies Professionnelles (Fedris).

Taper au clavier ou cliquer à la souris accroît le risque de syndrome du canal carpien

Dans le cas d’un ou d’une employée administrative, d’un ou d’une secrétaire qui frappe régulièrement au clavier d’ordinateur, la pression au niveau du canal carpien est accrue, ce qui augmente le risque du syndrome du canal carpien.

Ce risque est non seulement identifié par les professionnels de la santé et de la maladie professionnelle, mais aussi par les fabricants de claviers et de souris tel que Microsoft dont une étude récente confirme le risque de développé un syndrome du canal carpien à la suite de l’utilisation régulière d’un clavier et d’une souris.

Le résultat de cette étude est d’ailleurs notifié en synthèse sous forme d’une mise en garde via une notice imprimée ou collée à l’arrière du clavier.

Le clavier et la souris sont vos outils de travail ?

Vous êtes employé administratif et vos journées professionnelles sont rythmées par l’utilisation régulière d’un clavier et d’une souris, vous tapez ou cliquez en moyenne 90.000 caractères par jour soit l’équivalent de 30 pages et ce depuis plusieurs années ? Vous souffrez d’un syndrome du canal carpien ? Vous ressentez régulièrement des picotements, engourdissements et douleurs au niveau de la main ?

Nous vous invitons alors à nous laisser vos coordonnées via notre formulaire afin que l’un de nos experts vous recontacte pour un premier état des lieux personnel et confidentiel qui ne vous engage à rien.

D’autres professions exposent également davantage les travailleurs au risque accru de présenter un syndrome du canal carpien : femme de ménage, ouvriers du bâtiment, caissières, coiffeurs, secrétaires, etc.

Ce qui n’exclut absolument pas les travailleurs issus d’autres secteurs et présentant les symptômes d’un syndrome du canal carpien potentiellement provoqué par des facteurs de risques tels que : les vibrations mécaniques, les gestes manuels répétitifs (les torsions, les flexions, extensions), les préhensions répétitives et/ou prolongées, les pressions au niveau de la paume ou du poignet.