Loading...
Profession

Le métier de mécanicien et les troubles musculo-squelettiques

Le métier de mécanicien et les troubles musculo-squelettiques

Ils sont nos « sauveurs » lorsque notre voiture tombe en panne et qu’il s’agit de détecter la cause de la panne en vue de remettre votre véhicule sur pieds. Les mécaniciens nous sont bien utiles. Et pourtant l’exercice du métier de mécanicien n’est pas sans incidence sur leur santé.

Entre le travail sous le capot surtout au niveau de la partie arrière du moteur, les interventions sous la voiture, la manutention au niveau des pneus, les réparations électriques au niveau du tableau de bord, la manutention d’outils, sans oublier les mécaniciens qui interviennent sur des camions : les postures contraignantes et les gestes répétitifs impactant leur corps ne manquent pas.

Troubles musculo-squelettiques des membres supérieurs

Les mécaniciens sont clairement exposés aux troubles musculo-squelettiques (TMS) au niveau des membres supérieurs. Les troubles musculo-squelettiques sont des affections chroniques qui touchent les muscles, les tendons, les articulations, les disques intervertébraux et leurs incidences sur les nerfs et les vaisseaux.

Des postures contraignantes et des gestes répétitifs

La pratique de votre métier peut être à la base des TMS dont vous souffrez : la répétition des gestes, l’exposition aux vibrations mécaniques (utilisation d’outils pneumatiques, électriques, etc.), les ports de charge (pièces, outils), etc.

Certaines postures contraignantes adoptées pendant de longues périodes, le maintien d’un outil ou d’une pièce mécanique, soumettent à rude épreuve les articulations, les muscles et les tendons des mécaniciens.

Le mécanicien doit régulièrement intervenir sous le véhicule, raison pour laquelle il intervient sous les ponts ou dans les fosses, avec les bras en élévation au-dessus de l’horizontale de l’épaule. Le tronc est ici lui aussi mis à rude épreuve.

Ou encore, il travaille capot ouvert dans le moteur, sous le tableau de bord ou sur le plancher du véhicule, ce qui nécessite des flexions et torsions du tronc très sollicitantes au niveau vertébral.

Les poignets et les bras sont, dans toutes ces situations, fortement sollicités par la manutention des outils et des pièces.

Et vous ?

Vous êtes mécanicien et vous souffrez de troubles musculo-squelettiques ? Nous vous invitons à nous laisser vos coordonnées en remplissant notre formulaire afin que l’un de nos experts prenne contact avec vous pour faire le point afin de dresser un premier avis personnel et confidentiel qui ne vous engage à rien.

Précisons que d’autres activités professionnelles exposent également davantage les travailleurs aux troubles musculo-squelettiques : techniciennes de surface, ouvriers du bâtiment, secrétaires, coiffeurs, caissières, etc.